Historique et perspectives

 

Si l’association STA peut se prévaloir d’un réel savoir faire dans la gestion de locaux de répétition, c’est qu’elle constitue en quelque sorte la rencontre de deux associations aujourd’hui disparues, cumulant à elles deux plus de 15 ans d’expérience dans le domaine de la création et de la promotion artistique : Paroles de Jeunes et le P’tit Souk. En effet, à l’origine, la plupart des adhérents engagé bénévolement dans la gestion des locaux de la STA ont organisés et/ou participés aux nombreux concerts et festival organisés par ces deux associations : « Paroles 2000, Jeunes en Scène », « Le P’tit SouK Festival » à Til-Châtel (21), en 2002, 2003 et 2004, …

Equipe_All_School_Party_IIL’ensemble des adhérents investis (organisateurs, musiciens, bénévoles, techniciens…) lors de la « All School Party II », organisée le 13 juin 2014 à l’espace autogéré des Tanneries, à Dijon. Photo : Sonia Falcou

L’occupation des locaux, à l’origine informelle, s’est d’abord pérennisée à travers l’action de Paroles de Jeunes, à partir de 2003. Les deux premiers locaux – le « grand local » et le « petit local » – furent construits de toute pièce avec des matériaux de récupération. La nature des locaux n’a cependant pas permis, malgré la dénomination du second, la pratique du théâtre ni de la danse – la STA deviendra donc un espace de répétition dédié à la création musicale. Puis un troisième local – le « local théâtre » – a vu le jour avec la création en octobre 2006 de l’association STA, par les anciens protagonistes du P’tit Souk et de Paroles de Jeunes. Ce local était à l’origine destiné au théâtre et la danse, mais l’état du sol ne le permettra pas. Enfin, les statuts de l’association seront modifiés en 2009, année de la création du quatrième local : le « local actylène ».

Grand_Local_AvantLe grand local avant… Photo : Jonas Jacquel

L’association STA a donc été créée alors que les locaux étaient occupés depuis plus de quatre années et investis par de nombreux musiciens, techniciens et autres amateurs du spectacle vivant, afin de poursuivre l’effort de mutualisation et de gestion des locaux, dans une perspective de développement réfléchi. L’histoire de l’association est par conséquent indissociable du réseau culturel local, riche et vivant dont elle est issue. Cet héritage matériel et humain a permis à l’association de grandir sur des bases solides prometteuses.

Depuis 10 ans, les acteurs de la STA gèrent et entretiennent donc 4 locaux de répétition équipés et sonorisés. L’association compte en 2014 plus de 200 musiciens adhérents pour une quarantaine de formations, contre une vingtaine en 2003 pour quatre groupes !

Grand_Local_AprèsLe grand local aujourd’hui ! Photo : Jonas Jacquel

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. L’objectif de l’association étant de promouvoir toute forme de création artistique par la mise à disposition de moyens adaptés, la STA souhaite dorénavant investir d’autres segments artistiques, tels que la danse et le théâtre, tout en maintenant son activité actuelle, qui est le fruit de dix années d’efforts et de mutualisation des moyens, savoirs et compétences.

En outre, la STA a la chance d’être installée dans un lieu unique : une friche industrielle, investie par des acteurs culturels variés et complémentaires, dont notamment des créateurs de décors de théâtre, des artistes peintre, un collectif d’artistes accueillant notamment une styliste, des photographes et vidéastes, un atelier de bricolage participatif, un sculpteur…

La_FricheFriche #1 . Photo : Jonas Jacquel

Bien que l’avenir de cet espace culturel informel soit aujourd’hui en question, la friche de la Stéarinerie, constamment en mouvement, offre à l’association d’intéressantes opportunités pour contribuer à son développement.

So, to be continued ! Stay tuned.

La_friche_2Friche #2. Photo : Jonas Jacquel